Échange avec: Roger Jon Ellory / Auteur

Dans le cadre du Festival du livre de Marseille, j’ai le privilège et l’honneur de vous proposer un entretien exclusif avec Roger Jon Ellory, plus connu par ses initial « RJ. Ellory » est auteur britannique des romans “Seul le silence” et “Le chant de l’assassin” chez Sonatine Éditions.

Le Festival du Livre de Marseille c’est plus de 50 auteurs nationaux et internationaux réunis le 7 et 8 décembre au Parc Chanot à Marseille. Les présidents de cette deuxième édition sont Eric-Emmanuel Schmitt et Aurélie Valognes. L’invité d’honneur est Jean-Michel Jarre.

J’ai rencontré un Homme disponible avec des mots gentils pour tous ses lecteurs et qui malgré la barrière de la langue ne nous a pas empêché de partager notre passion de l’écriture et de la lecture.

 

Retrouver l’interview original VO en cliquant ici

***

Pouvez-vous nous dire qui êtes-vous ?

Eh bien, que peut-on dire ? Je suis Anglais. Je suis un écrivain, un musicien, un photographe. Je suis un mari, un père, un voyageur, un observateur. Je suis quelqu’un qui pense que la vie est là pour être vécue et que les seules choses que vous regrettez à la fin de votre vie sont celles que vous n’avez pas faites.

Je suis intéressé par la philosophie et la religion, et je suis très orienté vers un point de vue spirituel sur la condition humaine. Je m’intéresse à la qualité de la vie et à tout faire pour améliorer la qualité de la vie des autres. Je pense qu’il est préférable de dire «oui», puis de trouver un moyen de faire quelque chose.

Je ne crois pas avoir peur. Je ne crois pas à vous retenir de l’expérience. Je ne crois pas que vous soyez trop vieux pour essayer quelque chose de nouveau et de stimulant. Je n’aime pas la banalité, les “règles” et les raisons pour lesquelles il est impossible de faire quelque chose.Je travaille pour que chaque journée soit importante et je ne veux jamais me sentir comme si j’avais perdu mon temps à faire quelque chose qui n’avait aucune valeur.

Vous avez été orphelin très jeune et vous avez découvert une véritable passion pour la lecture. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

La lecture était peut-être une évasion de l’ennui, du moins au début. J’étais un enfant timide et je ne trouvais pas facile de communiquer avec les gens. La lecture m’a donné le moyen d’exister dans un monde beaucoup plus intéressant que celui dans lequel je vivais.

Pour ce qui est de mes goûts de lecture, j’ai toujours été beaucoup plus intéressé par la recherche de grands écrivains, quel que soit leur genre, et je ne me limite donc pas à lire ces romans qui appartiendraient à la même catégorie que la mienne. J’ai tendance à aimer les écrivains qui se concentrent sur la bonne prose, ceux qui utilisent vraiment le langage, et je me retrouve donc à lire McCarthy and Proulx et Truman Capote et Steinbeck.

En vieillissant, je pense que les livres sont devenus moins patients. J’étais un de ces lecteurs qui ne laisseraient jamais un livre incomplet une fois que je l’avais commencé. Maintenant, juste en regardant combien de livres sont là-bas et combien d’années me reste, je ne peux plus me permettre de le faire! Si un livre ne retient pas mon attention, je le laisserai en chercher un autre.

J’aime lire des romans qui se concentrent sur la condition humaine et me présenter des personnages en lesquels je peux vraiment croire. J’ai un problème avec des thrillers qui étendent ma crédibilité. J’ai un problème avec les personnages centraux qui semblent ne jamais faire d’erreur et toujours faire les choses correctement, parce que la vraie vie et les vrais gens ne sont pas comme ça. Je veux finir un roman et me sentir comme si j’étais dans un vrai voyage.

J’ai découvert cette passion pour les grandes histoires, et cela se rapporte également au film.

Vous êtes aussi cinéphile ?

J’ai une grande passion pour le cinéma oui, en particulier l’âge d’or d’Hollywood avec des acteurs tels que James Cagney, Humphrey Bogart, Ingrid Bergman, Audrey Hepburn, James Stewart, Cary Grant, Edward G. Robinson, etc. Aussi le mouvement néoréaliste des années 70 avec Serpico, Klute, The Conversation, The French Connection, Tous les hommes du président, etc.

Pour être honnête, je pense en fait que mon style de narration est davantage influencé par le cinéma que par la littérature. Même si tous mes livres sont très différents, le dénominateur commun d’une personne ordinaire dans une situation extraordinaire est là.

Pour moi, c’est un thème très influencé par Hitchcock.

Également passionné de musique et de photographie, après l’écriture, est-ce un moyen pour vous de vous exprimer ?

Oui bien sûr. La musique est très collaborative. C’est aussi très rapide. Je peux écrire une chanson le matin, la répéter l’après-midi, la jouer devant un public le soir. La réponse et l’effet que vous pouvez créer sont immédiats.

La photographie est similaire. Une image peut être capturée et partagée en une fraction de seconde. Il s’agit de faire participer les gens sur une longueur d’onde esthétique, quel que soit le support utilisé. La photographie c’est «écrire avec la lumière».

La musique prend une émotion, la convertit en un son, puis l’envoie à quelqu’un d’autre qui en fait l’expérience. Nous voulons tous créer des effets. C’est ce que font les êtres humains. Nous le faisons tout le temps.

Les activités dans lesquelles je suis engagé ne sont qu’un moyen de partager ce que je vois et ce que je ressens et ce que je ressens à propos du monde, sans autre raison que celle de créer plus de communication, plus d’amitiés, plus d’accord et plus d’activité.

D’ailleurs comment avez vous commencé à écrire ?

J’ai eu une enfance étrange. Mon père, toujours inconnu de moi, est parti avant ma naissance, puis ma mère est morte quand j’avais sept ans. Mon grand-père maternel s’était déjà noyé dans les années 50 et je ne l’ai donc jamais connu. Ma grand-mère maternelle m’a élevé et elle m’a envoyée dans une série d’écoles et d’orphelinats à l’âge de sept ans et je suis restée loin de chez moi jusqu’à l’âge de seize ans.

Le dénominateur commun de tous les endroits où je suis resté enfant était que j’avais accès à des livres. J’ai lu de manière vorace – en commençant par Enid Blyton, puis en passant par Agatha Christie, Conan Doyle, puis Chandler, Hammett, Faulkner, Hemingway, Steinbeck, Capote. J’ai toujours su, fondamentalement, que je voulais faire quelque chose de créatif, mais je n’avais aucune idée de ce que ce serait.

Je m’intéressais à la musique, à l’art, à la photographie, au cinéma, mais en novembre 1987, j’ai eu une conversation avec quelqu’un au sujet d’un livre qu’il lisait. Il a parlé de ce livre avec une telle passion et une telle intensité, et c’était comme si quelqu’un m’avait allumé une lumière. “C’est ce que je veux faire!” Pensai-je. “Je veux écrire des livres qui donnent l’impression que les gens se sentent comme ça!” et ce soir-là, j’ai commencé à écrire.

C’était la simplicité de cela. Je pensais simplement que ce serait bien d’écrire quelque chose capable de bouger quelqu’un émotionnellement, de créer ce genre d’effet, de faire lire à quelqu’un ce que vous avez écrit et de le toucher. C’était ça: avoir l’impression d’avoir quelque chose de digne d’être dit. C’est comme ça que tout a commencé.

La conversation a été un catalyseur et j’ai découvert l’une des choses que je voulais faire de ma vie.

Entre 1987 et 1993, vous avez écrit une vingtaine de romans, mais ce n’est qu’en 2003 que votre premier roman a été publié. Expliquez nous !

Écrire pendant des années sans publication n’est pas différent du jeu d’acteur, du chant ou de toute autre entreprise créative où la persistance doit être maintenue. Il y a longtemps, j’ai lu un livre sur l’écriture et l’auteur m’a dit que plus on travaillait fort, plus on avait de la chance. J’attribue cette philosophie complètement.

Je voulais tellement écrire. Je ne pouvais pas penser à faire autre chose une fois que j’avais commencé, et oui, j’ai la montagne de rejet la plus impressionnante. Maintenant, il semble que c’était ma courbe d’apprentissage. C’était ma période de formation et, même si les livres que j’ai écrits à l’époque ne seront probablement jamais publiés, je considère néanmoins qu’ils étaient une nécessité extrêmement précieuse pour devenir l’écrivain que je voulais être.

Pendant ces années, j’ai fait beaucoup de choses, de nombreux travaux, mais ils semblaient tous n’être qu’un moyen de payer les factures. Je voulais juste écrire! Paul Auster a dit un jour que devenir écrivain n’était pas une “décision de carrière”, au contraire de devenir médecin ou policier. Vous ne l’avez pas choisi au lieu de le choisir, et une fois que vous avez accepté le fait que vous n’étiez apte à rien d’autre, vous deviez être prêt à parcourir un long et difficile chemin pour le reste de vos jours, et je suis d’accord avec son attitude.

Je pense que je savais assez tôt que ce n’était pas un travail, mais une vocation. C’était quelque chose que je devais faire. Il n’y avait pas le choix. Je pense que pendant ces seize ans, je pensais simplement que je n’avais pas trouvé le bon éditeur ni la bonne maison d’édition, et que c’était simplement une question de persévérance. Je me souviens d’un peu de Disraeli, où il a déclaré: «Le succès dépend entièrement de la constance des objectifs» et j’ai pensé que c’était la bonne attitude à adopter.

Il s’agissait simplement de travailler plus fort, d’en faire plus, de persister, et tout se passerait bien. Bien que, même maintenant, j’ai toujours des normes absolument inatteignables, et je veux toujours qu’elle soit plus grande et meilleure, que plus de livres soient publiés et que plus de gens les lisent !

Je pense que cette attitude est le reflet de ma nature et de ma personnalité, et je ne pense pas que cette motivation et cette intention changeront jamais.

La littérature américaine et anglaise est-elle différente de la littérature française ?

C’est une question difficile, car si peu de littérature française est traduite en anglais. Bien sûr, on peut trouver Dumas et Zola, Flaubert et Molière, mais très peu de littérature française contemporaine est traduite.

C’est une difficulté pour moi, car j’ai beaucoup d’auteurs français qui sont amis et je ne peux pas lire leur travail.

Votre premier roman, ‘Seule le silence’ est sorti en France en 2009 et connaît un succès immédiat ! Parlez nous de ce livre…

J’ai écrit le roman pour une raison simple: remettre à nouveau un individu ordinaire dans une situation extraordinaire, tout en soulignant la résilience et la force de l’esprit humain. J’ai toujours été étonné de la capacité d’un être humain à se remettre d’une perte ou d’une tragédie.

Parfois, je pense aux terribles souffrances endurées par les gens, et je suis émerveillé de pouvoir se sortir de ce désastre personnel et de continuer. Le personnage central de “Une croyance tranquille dans les anges” perd tout, et pourtant survit. Je voulais raconter son histoire – une histoire sur l’enfance, sur la façon dont les enfants traitent des problèmes auxquels ils ne devraient jamais avoir à faire, sur la manière dont leurs moyens et leurs méthodes d’adaptation sont très différents de ceux des adultes. Je voulais aussi écrire un livre aussi lyrique et poétique que possible, en mettant vraiment l’accent sur le pouvoir du langage de décrire les lieux, les personnages et les émotions.

L’idée de base venait en réalité d’un certain nombre de sources différentes. Je voulais installer quelque chose dans le Grand Sud, je voulais emmener un garçon qui avait grandi dans une très petite communauté rurale et religieuse, puis l’envoyer à New York au début des années 50. Je voulais en quelque sorte inverser ce qui était arrivé à Truman Capote, qui avait quitté New York à l’âge adulte pour se rendre à Holcomb (Kansas), où il avait enquêté et avait écrit sur un crime terrible qui avait déchiré une communauté.

Dans Une croyance tranquille chez les anges, il s’agissait essentiellement de prendre un enfant dans une petite communauté comme celle-ci, touchée et touchée par un crime terrible, et de le renvoyer dans la grande ville. Il s’agissait des thèmes de l’humanité, de la perte de l’innocence, de la façon dont les gens gèrent les choses terribles qui peuvent se produire dans la vie.

Vous vous attendiez à un tel succès ?

Eh bien, le livre a été sélectionné pour un club de lecture télévisé au Royaume-Uni et a donc déjà eu beaucoup plus de succès que tout autre livre. C’est le livre qui a ouvert mon travail à d’autres pays et qui a été traduit en vingt-six langues.

Je ne m’attendais pas à ce succès, mais cela m’a permis de parcourir le monde et de voir beaucoup de choses remarquables. J’ai rencontré des gens qui sont restés amis depuis et je suis très reconnaissant de tout le soutien qui en a résulté.

Le succès est relatif, bien sûr, et j’espère toujours atteindre le niveau de succès que j’ai toujours espéré. Je suis une de ces personnes qui ne sont jamais satisfaites et je continue donc à travailler dur et à faire de mon mieux pour atteindre davantage de personnes.

Je suis de ceux qui croient que le bonheur vient de la poursuite d’un objectif et que même si vous réalisez quelque chose, vous devez trouver un nouvel objectif et un nouveau jeu.

Pour ceux qui ne vous connaissent pas, comment pouvez-vous décrire votre style d’écriture ?

Je crois que je suis un écrivain très visuel. Je m’intéresse aux émotions, aux idées, aux pensées et aux sentiments qui peuvent être créés avec des mots. Ceci est juste mon style d’écriture. Je pense que la meilleure explication de la différence entre non-fiction et fiction est que le but premier de la non-fiction est de transmettre des informations, tandis que le but de la fiction est de susciter une émotion chez le lecteur.

Donc, quand j’écris, j’essaie de ne pas me perdre dans l’histoire et les faits. Je travaille vraiment à l’évocation d’un effet émotionnel, que ce soit la colère, la frustration, l’amour, la haine, la sympathie, etc. Les livres que je me souviens, jusqu’à ce que je lisais quand j’étais enfant, sont les livres qui m’ont accroché émotionnellement. ; ces livres où je me suis identifié avec le personnage central, peut-être avec un conflit qu’ils traversaient, un voyage émotionnel.

La première chose que je décide quand je me lance dans un nouveau livre est “Quelles émotions je veux créer chez le lecteur?” Ou “Quand quelqu’un a fini ce livre et qu’il y pense quelques semaines plus tard, de quoi veux-je qu’il se souvienne … Quelle émotion est-ce que je veux qu’ils ressentent lorsqu’ils se rappellent avoir lu le livre? »C’est la clé pour moi. Ce sont les livres qui me restent, et ce sont les livres que j’essaie constamment d’écrire.

Un million de livres sont brillamment écrits, mais mécaniquement. Ils sont très intelligents, il y a beaucoup de rebondissements dans l’intrigue et un dénouement brillant, mais si on demandait au lecteur ce qu’il en pensait trois semaines plus tard, ils auraient peut-être du mal à s’en souvenir.

Pourquoi ? Parce que tout était très objectif. Il n’y avait pas d’implication subjective. Les personnages n’étaient pas très réels, ils n’avaient pas vécu de situations réelles ou n’avaient pas réagi de la même manière que les gens ordinaires.

En fait, certains des plus grands livres jamais publiés, ceux qui sont maintenant considérés à juste titre comme des classiques, sont ces livres qui ont une histoire très simple, mais une force émotionnelle très riche et puissante. C’est l’émotion qui les rend mémorables et c’est l’émotion qui les rend spéciales.

Un livre devrait être rempli du sang du personnage, au moins au sens figuré !

Vous serez en France les 7 et 8 décembre pour participer au Festival du livre à Marseille. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

Je n’ai rien à dire ! Je suis allé à Marseille plusieurs fois auparavant, mais pas pour ce festival. En fait, je ne sais rien de ce festival. J’ai été invité et j’ai dit que je viendrais!

Pourquoi avez-vous accepté de participer à ce festival ?

J’ai accepté d’y assister parce que j’ai déjà assisté à un nombre infini de festivals littéraires français. Je voyage en France depuis dix ans.

J’ai visité près d’une centaine de villes, à la fois pour visiter des librairies, pour signer des livres, pour tenir des débats, pour la télévision et la radio et pour assister à des festivals. J’ai une énorme dette envers mes lecteurs français, alors chaque fois que je suis invité à visiter un festival, j’y vais.

La seule fois où je refuse d’assister, c’est quand j’ai déjà accepté d’être ailleurs !

Quel est votre meilleur souvenir avec eux ?

C’est impossible ! J’ai rencontré des milliers de lecteurs et assisté à de nombreuses librairies et festivals incroyables. C’est comme me demander quel est mon livre, mon film ou ma chanson préféré. Nous ne pouvons pas y répondre!

Lors de ce festival, vous présenterez votre livre “La chanson de l’assassin” des Editions Sonatine. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce roman ?

C’est l’histoire d’un jeune homme qui fait une bêtise et finit en prison. Pendant qu’il est là, son compagnon de cellule lui sauve la vie.

En conséquence, le jeune homme a une dette envers cet homme. Lorsque le jeune homme quitte la prison, il est invité à remettre une lettre. La lettre est pour la fille du compagnon de cellule. Il entreprend de remplir cette promesse et de rembourser sa dette, mais les choses deviennent difficiles très rapidement.

Le livre parle de promesses, de loyauté, d’amitié, de trahison, de familles et de tout le reste! C’est aussi un livre sur le Texas, sur la musique et une histoire d’amour !

Quelles ont été les 2 meilleures réactions d’auteurs sur votre travail d’écrivain ?

Il y a quelques années, j’étais en tournée aux États-Unis. Nous venions de publier un livre intitulé “Les Saints de New York” (en français, “Les Anges de New York”). Le personnage central était un policier appelé Frank Parrish. Frank était un homme très troublé et complexe, souffrant d’un stress personnel immense, du fardeau de l’alcoolisme, d’une famille séparée, etc.

Il se consacre à la recherche de la vérité sur ce qui est arrivé à une adolescente assassinée et met vraiment son travail en danger pour savoir ce qui s’est passé. Quoi qu’il en soit, le livre nous donne une conclusion à l’enquête sur le meurtre, mais nous ne savons pas vraiment ce qui arrive à Frank sur le plan personnel. J’étais à un signe de livre en train de faire une présentation de ce roman et une femme m’a abordée. Elle n’avait pas de livre à signer. Elle a dit qu’elle venait de se rendre à la réunion pour me poser une question. Elle voulait savoir si Frank allait bien.

Ce fut pour moi un formidable compliment. Cette lectrice s’était tellement liée à ce personnage qu’elle voulait vraiment savoir s’il allait bien. Elle savait que Frank était un personnage de fiction. Cela n’a pas d’importance. Ce n’était pas le but. Il s’agissait simplement de trouver quelqu’un en qui croire en ce degré et prendre le temps de me trouver et de s’assurer qu’il allait bien.

Le deuxième compliment était un courriel que j’avais reçu de quelqu’un d’un groupe de lecture en Angleterre. Elle a dit qu’elle et ses amis avaient tellement détesté “Une croyance tranquille en anges” qu’ils en ont emporté une copie à l’extérieur et l’ont incendiée. Je ne sais pas si c’était vrai, mais c’est ce qu’elle a dit. Pourquoi était-ce un compliment ? Parce que c’était un effet émotionnel. Le pouvoir de la fiction n’est pas de divertir, mais d’évoquer une émotion.

Même une mauvaise réaction est une réaction. Peut-être que la pire chose à dire à propos d’un livre est que cela n’avait pas d’importance, que c’était sans importance, qu’il était oubliable.

Avoir quelqu’un qui incendie votre livre n’est pas rien !

Avez-vous des projets d’avenir à partager avec nous ?

Je publie la traduction française de «Three Bullets» au début de 2020. Je viens de terminer un court métrage.

J’ai également achevé un nouveau roman pour le Royaume-Uni qui sera publié à la fin de 2020 ou au début de 2021, et j’écris plus de musique pour le groupe. Je fais des articles de magazine avec mes photographies et je suis impatient de tourner beaucoup plus en 2020.

Je suis aussi très actif à la recherche de nouveaux projets cinématographiques et télévisuels et je souhaite également commencer un cours d’écriture créative pour les romanciers en herbe.

Enfin, avez-vous un dernier mot pour vos lecteurs ?

Je ne peux pas en dire plus sur mes lecteurs. Surtout en France, j’ai la chance d’avoir le soutien de personnes vraiment extraordinaires.

La réception dont j’ai bénéficié en France est unique au monde et je vous en suis très reconnaissant.

Je suis toujours heureux de revenir et j’ai hâte de revoir Marseille.

J.Ellory, merci de m’avoir accordé cette interview, c’est un honneur … A bientôt pour notre rencontre en tête à tête au Festival du livre à Marseille.

Génial ! Dans l’attente de te rencontrer aussi mon ami !

 

Florian Allain

Mon nom est Florian Allain, je suis chroniqueur, interviewer, blogueur. Administrateur du groupe Facebook: "Auteurs, Blogueurs et Lecteurs: Même passion"

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire