Échange avec: Valérie Palud / Auteure

Pour cette dernière interview de l’année 2019, j’ai le plaisir de vous proposer une rencontre avec avec Valérie Palud que j’ai rencontré lors de sa participation au 1er Salon du Livre des Auteurs Indépendants qui s’est déroulé à Marseille le 27/10/2019.

Lors de ce salon, elle a présenté 2 romans: « Déjantée » racontant l’histoire d’une folle dingue se nommant “Lulu” et « Belle-maman et moi », la suite des aventures de Lucette.

Valérie est une femme drôle et très proche de ses lecteurs et lectrices. Toujours la phrase pour rigoler et s’amuser. C’est une personne que je dirais “Bonne vivante” que je ne regrette pas d’avoir rencontré à Marseille.

C’est toujours un plaisir de croiser sa route et de partager avec elle de bons moments comme la soirée au restaurant qu’elle a organisé la veille du salon.

 
Valérie Palud, dites-nous, mais qui êtes-vous ?

Je me nomme vraiment Valérie Palud (pas de pseudo pour moi), 51 ans, mariée, un enfant de 22 ans.

Je suis Belge ( j’aime les frites mais pas la bière ), j’habite en Savoie depuis 11 ans et demi. Je travaille actuellement dans l’immobilier et pendant mes temps libres je suis grande dévoreuse de livres, des thrillers plus particulièrement, plus c’est trash et gore, plus j’aime !

Il paraît que votre carrière d’auteure à commencé de manière je dirais « Peu banale ». Racontez nous !

Oui, c’est assez marrant ! J’étais depuis quelques mois sur un ou deux groupes de lectures où j’ai fait la connaissance d’auteurs « auto- édités » super sympas. Je ne savais pas que c’était possible de se publier sois-même.

En août 2018, je me suis retrouvée au lit pendant 3 jours avec la gastro, impossible de lire tellement j’étais mal mais mon cerveau ne m’a pas laisser tranquille ! Mon esprit a bosser, encore et encore et a imaginer un scénario un peu à mon image…

Une fois rétablie, j’ai tout écrit en trois jours.

Déjantée est donc né entre le pieu et les chiottes. J’avais besoin de le faire, je ne sais pas expliquer mais pour moi c’était indispensable de tout noter.

Vous m’avez l’air d’être une « Bonne vivante ». Je me trompe ?

Oui et non. Je suis assez casanière, je sors très peu mais je ris beaucoup, je déconne beaucoup verbalement, je suis presque toujours de bonne humeur avec un sens de la répartie et de la connerie omniprésent.

Nous nous sommes rencontrés avec plaisir pour la 1ère fois au salon des autos-édités à Marseille, pourquoi avez vous décidé de participer à ce salon ?

C’est à cause de ma correctrice principale, Béatrice Gatti. Elle a vu l’info, m’a dit de postuler, que ce serait sympa d’aller faire un petit tour dans le sud.

J’ai hésité car pour moi c’est pas la porte (ou le port) à côté, c’est à 4h de chez moi, je dois prévoir deux nuits à l’hôtel mais bon… j’ai envoyé ma candidature et j’ai eu le plaisir quelques jours après d’avoir une réponse positive. Je ne savais pas que ce salon aurait autant de candidats et que j’étais quand même privilégiée d’avoir été acceptée.

Merci aux organisateurs. Même si c’est le poulpe ou le cachalot qui a validé ma venue.

Lors de ce salon, vous avez présenté 2 romans dont « Déjantée » votre 1er, écrit et publié en septembre 2018. Vous pouvez nous en parler ?

Oui actuellement je n’ai que mes deux premiers romans dispos. Déjantée est l’histoire d’une folle dingue : L’auto-killographie de Lucette Bobards.

Mais appelez la LULU comme tout le monde ! Lulu ne s’encombre pas des personnes qui la gênent dans la vie, elle les tue sans remords, d’une façon machiavélique.

Comment est née « Lucette » cette femme un peu déjantée ?

Chaque auteur a un personnage qui lui ressemble un peu ou beaucoup dans ses livres, donc Lucette c’est moi, ou ce que j’aurais aimé être et faire surtout ! Sans avoir les flics sur le dos bien entendu…

Lulu est mon double imaginaire.

Puis, « Belle-maman et moi » le 2e roman que vous avez présenté est la suite des aventures de Lucette, publié en décembre 2018. Racontez nous…

Bonne question ! Lulu a une belle-mère très invasive et casse bonbon, à un moment elle en a eu sa claque et a décidé de l’exterminer à son tour.

Mais il a fallu beaucoup réfléchir pour qu’elle puisse arriver à ses fins, avec quelques dommages collatéraux en prime.

Comment vous est venue l’idée d’écrire la suite à peine 4 mois après le 1er ?

Le premier a été écrit pour m’amuser plus qu’autre chose, il est court, différent de ce qu’on peut lire d’habitude. Il est écrit dans un style bien personnel sans copier les genres déjà vus et revus.

A mon grand étonnement il a eu pas mal de succès. J’étais un peu restée sur ma faim aussi du point de vue conneries à raconter, car j’en avais encore pas mal en stock, ce qui fait que dès les premiers retours de Déjantée et vu l’engouement des lecteurs, je me suis remise dans l’écriture du deuxième tome, la suite des aventures de Lulu.

Quels sont les retours que vous avez eus concernant ces deux livres ?

Quand on écrit de façon différente comme je l’ai fait, soit on adore, soit on déteste.

Il y a des retours très positifs, Lulu a ses fans et les gens l’adorent pour la plupart. Ils attendaient la suite avec impatience, m’envoyaient des messages privés pour voir où j’en été dans la suite qui est « OUPS ».

Et puis il y a quelques retours moins bons, parfois les lecteurs n’aiment pas sortir de leur zone de confort et il est vrai que mon écriture peut surprendre. Et on ne peut pas plaire à tout le monde. C’est le risque quand on fait quelque chose de différent.

Je respecte les retours quels qu’ils soient du moment qu’ils soient argumentés. Mais la majorité des lecteurs ont adorés donc cela me va très bien.

Pour l’avenir, avez-vous des projets à nous annoncer comme la sortie d’un nouveau roman ou d’autres salons ?

La sortie de OUPS qui est le troisième volume des aventures de Lulu qui revient pour vous raconter la suite de ses aventures en ce mois de décembre mais cela a pris un temps fou, surtout que ma correctrice principale est bénévole et que nous avons toutes les deux un métier et une famille à côté.

Pour les salons, après une fin d’année chargée, je suis ce week-end du 20 et 21 décembre au salon de Saint-Martin-D’Hères en tant qu’auteure et pour 2020 j’ai déjà accepté l’invitation de Stephen Cellier pour le salon de Nogent Le Rotrou le 31 mai.

Que retiendrez-vous de notre première rencontre ?

De notre rencontre, je retiens un moment convivial au restaurant le samedi soir, et un super salon avec des lecteurs passionnés.

Pour terminer, avez-vous un dernier mot pour vos lecteurs ?

Oui je voulais remercier toutes les personnes qui m’ont fait confiance et n’ont pas eu peur de tenter une lecture inconnue, d’une auteure encore plus inconnue qui est un peu barge sur les bords.

Sans lecteurs, un auteur n’est rien ! Merci du fond du cœur de m’avoir donné ma chance.

Valérie Palud, merci beaucoup pour cet échange et je vous dis à très bientôt pour de nouvelles rencontres plus que déjantées.

 

Florian Allain

Mon nom est Florian Allain et suis chroniqueur, interviewer, blogueur. Administrateur du groupe Facebook: "Auteurs, Blogueurs et Lecteurs du Sud"

Cet article a 1 commentaire

  1. Maritza oxx

    J’adore ^^ “entre le pieu et les chiottes” XD Parfois, il ne faut pas chercher plus loin :3 Je l’ai rencontrée en salon, à Saint Martin d’Hères, elle est vraiment très sympa et les livres ont l’air top ! ♥ – ♥ !

Laisser un commentaire